Il faut plus de sensualité au bureau

images-1

Dans leur grande majorité, les bureaux contemporains ne sont guère plus que des usines de l’information, froides et déshumanisées alors qu’ils devraient être des creusets de la création de valeur favorisant la créativité, le partage de l’information et le bien-être des collaborateurs. A l’instar des espaces de coworking, il faut repenser la conception des bureaux autour des cinq sens de l’être humain.

Bonjour tristesse 

A chaque fois que je visite les bureaux d’un client, avec le recul d’un visiteur extérieur, je suis toujours saisi par leur froideur et par le peu d’enthousiasme qu’ils m’inspirent. Nous connaissons tous des maisons, des hôtels ou des cafés dont la décoration, l’agencement, l’ambiance, les odeurs, la lumière, les matériaux, l’atmosphère nous donnent envie de nous y installer des heures voire des années. Pourquoi ne ressentons-nous jamais cette envie dans un bureau ? Je connais bien sûr des bureaux modernes, épurés, colorés, confortables mais je ne connais pas de bureaux dans lesquels je resterais longtemps par plaisir désintéressé. Pourtant, il n’y a aucune bonne raison de concevoir des bureaux qui ne suscitent aucun enthousiasme, aucun plaisir, aucune envie. Au contraire, le lieu dans lequel nous passons au moins huit heures par jour ne devrait surtout pas être un lieu expiatoire. Or, les bureaux contemporains semblent être volontairement conçus pour que l’on ne s’y sente pas bien.

D’abord, quel triste spectacle pour les yeux ! En matière de couleurs, les bureaux offrent généralement la plus incroyable palette de nuances de gris et de jaunâtre. Dans le meilleur des cas, les couleurs forment un camaïeu pastel qui décline habilement la charte graphique du propriétaire des lieux. Les matériaux sont lisses, froids, impersonnels. Difficile également de satisfaire le toucher, tout est plastifié, vitrifié, industrialisé, peu de chance que la peau ne croise du bois véritable, du liège ou du tissu en coton. Ce n’est pas l’odorat non plus qui fera revenir dans un bureau. A l’exception d’une vague odeur de solvants et de neuf, tout est aseptisé et ce n’est pas l’odeur de la verdure, du printemps ou plus généralement de la nature qui dérangera les occupants. Ici l’aération est soufflée, sèche et irritante. L’ouïe, elle, est largement sollicitée mais ce n’est pas pour le plaisir. Point de musique, de pépiement d’oiseaux ou même tout simplement de silence, une journée au bureau sera au contraire rythmée par les sonneries stridentes de téléphone ou les bruits intempestifs de la boite de réception d’e-mails.

Dans la grande majorité des bureaux contemporains, la décoration n’a fait l’objet d’aucune prise de risques et n’a donc aucune âme : rien n’est original, rien ne suscite l’étonnement, tout est morne, terne et froid. A force de consensus, il ne se passe plus rien. Les bureaux sont dépouillés à l’extrême. Aucune originalité, aucune aspérité, tout est lisse, convenu, consensuel, fade, homogénéisant. Les salles de repos sont souvent des salles vides comportant seulement une machine à café et des sièges conçus pour être inconfortables. L’architecture elle-même est empreinte de cette triste régularité ; les bureaux sont dessinés selon des plans rectilignes ; les postes de travail sont symétriquement et régulièrement disposés ; la circulation se fait selon des perpendiculaires.  L’environnement de travail ne présente aucun aspect ludique. A trop vouloir éviter le divertissement, à trop vouloir éviter de détourner les salariés de leurs tâches, on a oublié de les tourner vers leurs tâches. Quand la productivité était réglée par la vitesse d’une chaîne, cela ne posait aucun problème. Mais ce qui est vrai pour l’ouvrier à l’usine ne l’est pas pour le collaborateur d’un bureau. Si rien n’éveille plus l’intérêt, si rien ne suscite plus l’attention, si rien ne stimule plus le cerveau, l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle est rompue, seule cette dernière paraissant alors riante et colorée.

Démotivation et pertes d’efficacité

La conséquence ? Deux salariés français sur trois considèrent que leur bureau ne favorise pas suffisamment le bien-être ni la créativité (1). En effet, le collaborateur est avant tout un être sensuel. Il est vain d’essayer de la convaincre que son entreprise est innovante ou porte des valeurs d’ouverture, d’entrepreneuriat ou d’épanouissement professionnel si ses sens lui indiquent le tout le contraire, si rien dans son environnement de travail ne lui suggère l’originalité ou l’innovation, si tout y est triste, industriel et répétitif. Plongés dans un environnement cognitif monotone et déshumanisé, nos sens ne sont pas stimulés et ne nous incitent pas à la créativité, à l’engagement, à la prise de risque, à la prise de parole. L’idée que le lieu de travail ne pouvait être qu’un facteur de démotivation et non un facteur de motivation explique sans doute en partie cette situation. A défaut de réellement motiver, il est incontestablement un facteur de bien-être et de créativité. Pourtant, rien n’y est ludique ni plaisant, au moment même où la notion de plaisir au travail devient incontournable avec l’arrivée de la génération Y.

En outre, avec la généralisation de l’open space, ces bureaux n’offrent aucune intimité visuelle ni sonore, empêchant de se sentir à l’aise, de relâcher ses processus de défense et donc, in fine, de mobiliser toutes ses facultés cérébrales sur le travail réalisé. C’est d’ailleurs l’un des principaux bénéfices du télétravail que de pouvoir focaliser complètement son attention sur son activité et non sur les autres enjeux du bureau.

Suivez la voie des espaces de coworking

Les espaces de coworking démontrent qu’il existe une voie plus enthousiasmante pour les bureaux. Prenez quelques secondes, allez sur un site qui référence les espaces de coworking comme eworky.fr (2) et regardez la profusion  de matériaux sensuels, de couleurs vives et d’audace artistique. L’organisation symétrique y est remplacée par un désordre savamment mis en scène, les outils de travail y sont ludiques, les cloisons de verre y sont remplacées par des séparations digitales, l’aération naturelle remplace la climatisation industrielle. De même, pour favoriser la création, les espaces de coworking offre des lieux et des dispositifs favorisant l’expression et la création. Il faut tapisser les murs de tableaux blancs sur lesquels les collaborateurs pourront s’exprimer, communiquer, modéliser, simplifier, penser sans craintes ni limites. La performance est avant tout une question de passion et de confiance. Passion pour créer, confiance pour communiquer. Et la passion ne peut naître dans un lieu inspiré par Kafka et Orwell. Car, au fond, l’enjeu n’est plus tant d’éviter de divertir les salariés que de rendre leurs tâches plus divertissantes.

Par Olivier Brun,

Directeur associé de Greenworking et co-fondateur d’eWorky

(1) Enquête Harris Interactive pour Gecina, mai 2011

(2) Les espaces de coworking français sont référencés sur http://www.eworky.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Powered by WordPress | Designed by: search engine rankings | Thanks to seo services, denver colorado and locksmiths